Sélectionner une page

#3

La vitesse d’obturation

Si vous faites encore des photos floues, c’est parce que vous l’aurez voulu !

La vitesse d’obturation, comment ça marche ?

Lorsque vous appuyez sur le déclencheur de votre appareil photo, une petite pièce mécanique, appelée obturateur, s’ouvre pour laisser passer la lumière durant un instant dans votre appareil photo (jusqu’au capteur), puis se referme.
La vitesse d’obturation, c’est le temps pendant lequel l’obturateur s’ouvre au déclenchement, c’est-à-dire le temps pendant lequel votre capteur est exposé à la lumière.

La vitesse d’obturation s’exprime en secondes, et plus communément en fractions de secondes : 1/125s, 1/3200s, etc… En général sur nos boitiers, on trouve les valeurs pouvant aller de 1/8000s à 30s. On trouve aussi le réglage BULB qui permet d’aller au delà de 30s pour des poses très longues. Cette vitesse d’obturation aura deux implications :

  • rendre votre photo plus ou moins exposée
  • la possibilité de figer (ou non) un mouvement.

Plus la vitesse est élevée,
moins vous laissez entrer de lumière

Vous laissez entrer moins de lumière à 1/160ème de seconde qu’à 1/25ème de seconde :

Vitesse : 1/160
La photo est sous exposée

Vitesse : 1/60
La photo est bien exposée

Vitesse : 1/25
La photo est sur exposée

Plus la vitesse est élevée,
plus vous figez un mouvement

Suivant la vitesse du sujet en mouvement à photographier, il faudra ajuster la vitesse d’obturation si vous voulez le figer.

Vitesse : 1/60
La voiture est floue

Vitesse : 1/250
La voiture est encore floue

Vitesse : 1/4000
La voiture est nette

Figer ou ne pas figer un mouvement ?

On peut se poser cette question dans certaines situations suivant ce que l’on veut représenter.
Par exemple, cette petite chute d’eau vue de dessus :
– à 1/4000s nous avons un rendu graphique
– à 1/160s c’est le plus proche de la réalité
– à 1/25s la chute d’eau est plus explicite.

 

Vitesse : 30s

La pose longue

La pose longue permet de ralentir, flouter ou faire disparaitre totalement un sujet en mouvement ; il peut s’agir de personnes, voitures, nuages, cascades, etc… Cette technique permet des effets surprenants dans beaucoup de domaines photographiques.
Le trépied est indispensable, ainsi que le retardateur du déclenchement pour éviter tout risque de flou de bougé.
Les filtres ND (Neutral Density) permettent de réduire la luminosité d’une scène et ainsi de pouvoir diminuer la vitesse d’obturation afin de réaliser des poses longues dans des conditions où cela reste difficile sans filtre (en plein jour par exemple).

Sans filtre – Vitesse : 1/15s

Avec filtre – Vitesse : 30s

Le filé

La technique du filé permet de retranscrire l’effet de déplacement d’un sujet : selon sa vitesse et la vitesse d’obturation (que vous avez sélectionné), vous effectuerez un mouvement plus ou moins rapide avec votre appareil pour accompagner/suivre votre sujet.
Il faut plusieurs essais avant d’arriver à un résultat concluant mais l’effet est garanti : le sujet est net et c’est le fond, par le mouvement du boitier, qui est flou. Il est plus facile de réussir ce genre d’effet avec de longues focales, on maitrise mieux la vitesse du sujet en étant plus loin.

 100mm – 1/25s

Le flou de bougé

On parle ici du flou causé par le photographe : rien que le fait d’appuyer sur le déclencheur de l’appareil photo peut provoquer un flou sur toute l’image si on a une vitesse trop lente (en dessous de 1/60s environ). Et plus la focale est longue, plus le risque de bougé est important. Pour pallier à ce problème, on parle d’une vitesse de sécurité 1/focale ; par exemple choisir une vitesse minimum de 1/100s pour une focale de 100mm.
Aussi le bougé est d’autant plus important que nous nous rapprochons du sujet, comme en macrophotographie.
Certains objectifs et capteurs, équipés d’un stabilisateur, permettent de repousser cette limite.

100mm – 1/30s

100mm – 1/160s

Comprendre la vitesse d’obturation permet d’obtenir des effets créatifs et des photos originales.

Pin It on Pinterest