#3

La vitesse d’obturation

Si vous faites encore des photos floues, c’est parce que vous l’aurez voulu !

Un appareil photo, comment ça marche ?

En simplifiant, c’est une boite étanche avec un trou qui laisse passer la lumière vers un capteur (ou un papier ou un film) qui imprime cette lumière.
La difficulté sera de jauger la quantité de lumière qu’il faudra pour avoir une photo bien exposée.

Heureusement notre appareil photo moderne gère tout cela tout seul et très bien : il a la capacité, grâce à un posemètre intégré, de trouver le bon dosage de quantité de lumière pour produire une photo ni trop claire, ni trop foncée avec tous les détails bien restitués.

Avec les modes scènes, on peut même lui indiquer le sujet qu’on photographie pour qu’il adapte les réglages en conséquence :

SportPortraitPaysageNuitMacro

Alors pourquoi sortir du mode TOUTOTO ?

Parce que l’appareil photo ne voit que de la lumière !

Est-ce qu’il pourra juger tout seul de la vitesse du sujet même sur le mode scène sport ?
Est-ce qu’il pourra restituer le flou d’arrière plan que je souhaite pour le portrait que je photographie ?
Et si je veux faire une ombre chinoise, comment l’empêcher d’exposer les éléments que je souhaite garder sombre ?

Votre appareil n’a aucune idée de ce que vous voyez et de ce que voulez obtenir : finalement il arrive très souvent qu’on soit déçu du résultat même si ce ne sont pas toujours des photos ratées.

C’est pourquoi nous allons passer en mode M (Manuel) pour mieux comprendre le fonctionnement de l’appareil photo afin de réaliser des images plus créatives !

Les 3 réglages d’exposition

Nous allons contrôler la quantité de lumière qui rentre dans notre appareil photo grâce à 3 éléments de notre boitier pour 3 réglages différents :
1- le diaphragme pour l’ouverture
2- l’obturateur pour la vitesse
3- le capteur pour la sensibilité.

L’ouverture

L’ouverture du diaphragme dans l’objectif permet de gérer la quantité de lumière pendant l’exposition. Une petite valeur f/ (ex. f/2.8) correspond à une grande ouverture laissant entrer beaucoup de lumière et une grande valeur f/ (ex. f/11) correspond à une petite ouverture laissant entrer peu de lumière.

La vitesse

La vitesse d’obturation est gérée par un volet qui s’ouvre et se referme lorsqu’on appuie sur le déclencheur, ce qui permet de faire passer plus ou moins de lumière jusqu’au capteur. Une durée longue laisse passer beaucoup de lumière et inversement. Ce temps d’exposition est exprimé en seconde(s) : 30″…1/60…

La sensibilité

La sensibilité ISO permet d’augmenter la sensibilité du capteur à la lumière. Ce réglage est particulièrement utile en basse lumière car le capteur peut emmagasiner davantage de lumière. Petite valeur ISO (ex. 200) = capteur peu sensible à la lumière et grande valeur ISO (ex. 6400) = capteur très sensible à la lumière.

Le triangle d’exposition

C’est trois réglages sont interconnectés : vous ne pouvez jamais réellement les isoler les uns des autres sans changer quelque chose à votre image. Si vous changez l’un mais que vous souhaitez garder la même exposition, les autres sont impactés. C’est pour cela qu’on peut les regrouper sous la notion de triangle de l’exposition.

Le bargraphe

Pour savoir si vous avez une bonne exposition avec les réglages choisis, vous trouverez à l’intérieur du viseur ou/et sur l’écran du boitier, une échelle symbolisée de cette façon :
– une exposition correcte se situe en général au milieu.
– les valeurs négatives aboutiront à une photo sous-exposée.
– la sur-exposition de l’image interviendra lors de valeurs positives

Voilà en résumé comment fonctionne un appareil photo.
Bien évidemment chacun des trois réglages ont leurs effets propres et c’est ce que nous verrons en détail lors des prochains cours.

Pin It on Pinterest